Les Assassins par R.J Ellory

Le serial killer le plus dangereux de tous les temps est parmi vous mais seule une personne le sait…

Sur dix-huit mille assassinats par an aux États-Unis, seulement deux cents sont le fait de tueurs en série. Aussi les forces de police ne privilégient-elles que rarement la piste du serial killer. Lorsque quatre homicides sont commis en quinze jours à New York, selon des modes opératoires complètement différents, personne ne songe à faire un lien entre eux. Personne, sauf John Costello. Documentaliste au City Herald, et obsédé par les serial killers, celui-ci découvre en effet que ces meurtres ont été commis à la date anniversaire d’un meurtre ancien, œuvre à chaque fois d’un tueur en série célèbre, selon des procédures rigoureusement identiques jusque dans les moindres détails. Y aurait-il dans la ville un serial killer qui s’inspire de ses prédécesseurs et leur rend ainsi un funèbre hommage ? En compagnie de Karen Langley, une journaliste du City Herald, et de Ray Irving, détective du NYPD, John va se livrer à la traque de cet assassin très particulier, à l’intelligence aussi fulgurante que morbide et à la virtuosité impressionnante.

Ce livre est une plongée dans ce qu’il y a de pire dans l’humanité. C’est une plongée très sombre dans l’univers des serials-killers. Cette ville de New York peut paraître effrayante telle qu’elle est montrée. Au fur et à mesure des pages on descend de plus en plus dans l’horreur. Jusqu’à la fin, on se dit que peut être le tueur ne sera pas retrouvé.

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre. C’est très dense. On avance très lentement. Quand on fait un pas en avant, on en fait deux en arrière. Mais l’envie de continuer est là. Il y a un rythme lent mais qui nous garde en haleine.
Le personnage d’Irving m’a beaucoup plu. Une partie de sa vie reste encore flou pour moi. Son point de vue est très intéressant. On comprend ainsi toute la complexité de l’enquête. On ressent même sa fatigue. C’est un flic qui se donne à fond au point même de s’oublier.
Dans les autres personnages ceux que l’on retient le plus c’est Karen Langley et John Costello. Ce dernier est un peu toujours là ne arrière plan. Il est très étrange mais il apporte à sa manière un souffle à l’enquête avec un point de vue très originale.
Ce livre est un peu aussi un livre d’histoire sur les serials killers. Il est fait référence à beaucoup d’entre eux de manière très précise. C’est là que l’on peut voir le travail de recherche que l’auteur a fait.
C’est un très bon polar comme sait le faire Mr Ellory. Malgré l’horreur qui grandit au fil des pages, on passe un bon moment.

Éditeur : Sonatine – Date de parution : 19 août 2015 – Prix : 22 euros – 576 pages

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.