Pigeon, Canard et Patinette par Fred Guichen

Résumé :

An 103 après La Catastrophe. Quelque part sur les côtes bretonnes.

 

D’abord, il y a Le Secteur, un petit coin tranquille, bien protégé par une enceinte de terre, de roches et de béton haute de 20 mètres ; derrière, trois villages coupés du monde extérieur et administrés par une trentaine d’individus solidaires, doux comme des agneaux et rongés par les mutations mais tellement heureux de (sur)vivre.
Il y a Patinette, un bon gars au pied bot et aux bras trop courts, sa sœur Hermeline, frappée de progeria mais tellement adorable, et Canard, le cousin, dont la tumeur galopante au cerveau n’entame pas la joie de vivre. Et puis, il a Pigeon, le maire de la communauté, fragilisé par sa taille de géant mais toujours présent pour ses amis, Globule, Jacotte, Moignons, La Bouquin et les autres.
Seul lien avec l’état, le Contremaître supervise l’activité de tout ce petit monde, car ils ont l’insigne honneur de s’occuper, d’entretenir, de dorloter le réacteur numéro 2 de La Centrale, responsable de La Catastrophe du 18 mai 1970, il y a un siècle de cela. Mais la nouvelle est tombée : le gouvernement a décidé d’arrêter les frais ; cette cour des miracles n’est plus rentable et on dit qu’une guerre couve, alors…
Alors, que vont devenir Pigeon, Canard, Patinette et les autres ? Quel est ce formidable lien qui les unit tous ? Quel avenir pour ces enfants de l’atome dans un monde qu’ils ne connaissent pas ? Et s’ils étaient le salut de l’Humanité ?
Avis :
Avant de commencer, voici la définition du nom de la collection de laquelle est tirée ce livre :
Dyschroniques :
Des nouvelles de science-fiction ou d’anticipation, empruntées aux grands noms comme aux petits maîtres du genre, tous unis par une même attention à leur propre temps, un même génie visionnaire et un imaginaire sans limites. À travers ces textes essentiels, se révèle le regard d’auteurs d’horizons et d’époques différents, interrogeant la marche du monde, l’état des sociétés et l’avenir de l’homme. Lorsque les futurs d’hier rencontrent notre présent…
Ce livre est donc un livre de science-fiction. Ce n’est pas un genre que je lis habituellement car il ne m’attire que très peu. Mais ce livre a reçu le Prix Imaginaire « découverte » du site « Les Petits Mots des Libraires » et étant donné que je fais partie de l’équipe du site je me devais de le lire.
Ce livre a été écrit dans le cadre d’un concours de nouvelles. Le texte devait s’inspiré d’un texte de Jean-Pierre Andrevon « Les retombées »(1979).
Ce qui m’a surpris tout d’abord dans ce texte, ce sont les personnages. Les noms choisis font sourire. Ce sont en faite plus des surnoms qu’ils se donnent et qui font office de prénom pour eux. Dans cette petite communauté recluse, tout le monde se connait. Ils s’aident les uns les autres sur un pied d’égalité. Les trois personnages que l’on voit le plus sont ceux cités dans le titre. Patinette et Canard sont ceux qui sont les plus écoutés par la communauté. Tout ces personnages deviennent au fur et à mesure du la lecture plutôt attachant. On ressent leur bienveillance et leur simplicité. Ils aspirent tous à une vie simple avec leur petite routine.
L’ambiance de l’histoire parait assez « glauque » mais pas dans un sens négatif. L’auteur arrive à nous faire imaginer le lieu dans lequel vit cette communauté. J’avais l’impression que tout était sombre et délabré mais les personnages rendent ce lieu chaleureux de part leur grande bienveillance.
En ce qui concerne l’histoire, elle est intéressante. J’ai eu un peu de mal avec la mise en page ou forme de l’histoire. Plusieurs fois j’ai compris avec un peu de retard que nous avions changé de personnages donc de situation. Le style utilisé est, je pense, très spécifique à la science-fiction, ce qui fait que j’ai dû relire certains passages pour être sûr d’avoir bien compris.
Malgré ces quelques points négatifs j’ai quand même apprécié l’histoire car au delà du côté science-fiction, elle porte un message et une réflexion intéressante. En quelques pages, l’auteur nous livre un récit très bien structuré avec une fin clair. Les habitants du Secteur malgré leurs différentes mutations forment une communauté soudée, unie et ça fait du bien de lire ça en ce moment. C’est un livre que peuvent même lire ceux qui ne sont pas des fans du genre.

 

Éditeur : Le passager clandestin – Date de parution – Décembre 2015 – Prix : 7 euros – 70 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.