Harry Potter et l’Enfant Maudit par J.K Rowling/John Tiffany/Jack Thorne

Résumé :

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.
D’après une nouvelle histoire originale de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne, la nouvelle pièce de théâtre de Jack Thorne, Harry Potter et l’Enfant Maudit est la huitième histoire de la saga Harry Potter et la première histoire de Harry Potter officiellement destinée à la scène.
Avis :
Quel plaisir de retrouver l’univers et la magie de Harry Potter même sous forme de pièce de théâtre ! Je n’ai pas l’habitude d’en lire donc par moment j’avoue que j’étais un peu perdue et que j’ai du revenir en arrière et rester bien concentré pour comprendre l’histoire.
L’histoire en elle même est intéressante même si par moment j’ai cru y voir quelques incohérences par rapport aux tomes précédents. Mais de manière générale, on y croit et on succombe au charme de cette histoire. J’étais surprise de voir que malgré les 7 tomes précédents, l’auteur pouvait encore créer une nouvelle histoire qui tienne la route même si elle s’appuie sur ce qu’il s’est passé pendant le 4 ème tome « Harry Potter et la Coupe de Feu ».
C’est un plaisir de retrouver Harry, Ron et Hermione et de voir ce qu’ils sont devenus. Ils restent cependant égaux à eux mêmes. Ils ont grandis et ont un peu changé cependant. Hermione a pris un peu plus de pouvoir et elle semble presque dominer Harry au début du livre. Puis au fur et à mesure des événements elle semble un peu dépassée. Ron est le personnage qui est peut être le moins exploité. Il m’a paru parfois trop distant par rapport à l’action mais on le reconnaît encore. Harry lui n’a pas changé ou presque. Maintenant qu’il est devenu père de famille, il semble porter encore et toujours le poids du monde sur ces épaules.
Le personnage de Drago est quand a lui presque méconnaissable même si on le reconnaît bien à sa rancœur permanente contre Harry. Il est très distant mais aussi très présent. Sa relation avec son fils Scorpius évolue beaucoup dans le livre et elle en devient magnifique.
Albus, le fils de Harry et Ginny, semble quand a lui ne rien à voir avec son père. La haine qui lui voue au début du livre est très intense et on se demande jusqu’au bout si ils vont se réconcilier. Ce personnage évolue beaucoup au fur et à mesure du livre et parfois on a du mal à le suivre.
Malgré quelques petits défauts, on prend plaisir à se plonger ou replonger dans l’univers magique d’Harry Potter. Je pensais que ce nouveau tome pourrait être celui de trop et qu’il n’aurait aucune utilité. Mais je pense que tous les fans avaient envie de savoir comment les choses allaient se passer pour Harry, Hermione et Ron après la bataille de Poudlard. Donc jetez vous sur ce nouveau tome !
Éditeur : Gallimard  – Date de parution : 14 Octobre 2016 – Prix : 21 euros – 352 pages

1 commentaire

  1. Alors oui, pas facile de lire une pièce de théâtre. Mais j'étais tellement impatiente de le lire de retrouver le trio qui me plaisait de retrouver dans les films ou les livres.
    J'ai été un peu déçue car j'ai eu un peu de mal sur certaines choses. Déjà, un Ron que j'ai trouvé effacé, qui ne pense qu'à s'amuser, alors qu'il a vécu des drames. En gros, il fait sa retraite. Il y en a d'autres, mais j'arrive pas à formuler comme je le souhaite. Une chose qui me soule et qui ne vient pas du livre mais de moi, c'est que j'avais du mal à les voir « vieux ». Donc je voyais toujours ces ados qui ont des enfants. C'est horrible !
    Par contre, le livre montre encore une fois que vouloir changer le passé n'est pas toujours une bonne chose à faire, même si c'est pour renouer ou changer une vie qu'on ne veut pas. Oui, Albus doit vivre avec la « célébrité » de son père, tout comme son père a du le subir étant jeune sans même savoir pourquoi il était si célèbre, alors qu'Albus le sait. Donc pas étonnant que les deux ont du mal à communiquer.
    J'ai bien aimé le personnage de Scorpio. Oui, c'est un Malfoy, mais voilà, il n'a pas eu ce que son père a subi à haïr autant les gens qu'ils soient moldus ou appartenant à la famille Potter ou Weasley.
    Malgré des choses qui me dérangeaient, très heureuse de les avoir retrouvé.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.