Les démoniaques par Mattias Köping

Résumé :
C’est l’histoire d’une vengeance.
L’histoire d’une fille qui affronte une bête.
Son proxénète, son violeur.
Son père.
Drogues, meurtres, esclaves sexuelles, pédophilie. Au cœur d’un village qui borde l’autoroute, entre marécages lugubres et forêts profondes, un monstre se déploie.
Depuis la Souille, son repère situé au cœur de la forêt, l’Ours dirige son clan d’une poigne de fer et repousse chaque jour les frontières de son empire criminel.
Sa fille Kimy n’a qu’une obsession : attendre froidement l’heure de la vengeance. Car si personne ne se souvient de son visage, nul n’oubliera sa colère.
Avis :
C’est le premier livre de Mattias Köping et le premier des éditions Ring que je lis. Cette maison d’édition a été au cœur de quelques polémiques avec entre autre un dessinateur qu’ils publient. Ce livre avait attisé ma curiosité à sa sortie par la première page et la 4ème couverture. L’histoire semblait très violente….Et c’est effectivement le cas.
Tout se passe dans la campagne française qui d’ordinaire est si paisible. Avec cette histoire on la verra sûrement d’un autre œil. Tout commence avec la jeune Kimy, elle a tout juste 18 ans et elle a été violée par son père et une partie de sa famille. C’est une jeune fille plutôt jolie mais très peu éduqué. Mais elle est très débrouillarde et pas si bête que ça. Elle fait partie de l’entreprise de son père qui consiste à la vente de drogues et de prostitution avec blanchiment d’argent. Son père s’appelle Jacky Mauchrétien mais il est surnommé « l’Ours ». C’est un personnage très imposant, vulgaire, sale, sadique…la liste est longue pour le qualifier.
Kimy va vouloir se venger. Elle sera aidée d’un homme, Henri. C’est un prof qui vit seul, il est divorcé et dépressif. C’est une bouffée d’oxygène ce personnage. Avec lui tout est plus calme et plus simple. Il va se retrouver malgré lui confronté à la violence.
Tout est très sombre dans cette histoire. L’ambiance de la campagne est décrite de manière inquiétante. Tous les personnages sauf Kimy et Henri sont franchement détestables. Ils ne sont que violence. L’auteur la décrit tellement bien qu’on la ressent. Le langage est souvent très violent quand cela est nécessaire mais il est aussi très recherché pour le style sans être plombant.
L’histoire est partagée entre la vengeance de Kimy, son histoire avec Henri et ce qu’il se passe avec l’Ours. Vers la fin du livre une autre histoire se rajoute c’est celle de l’enquête.
La relation entre Kimy et Henri est sublimement bien écrite. J’ai trouvé ça très beau car simple, honnête et direct. Ils s’apprivoisent l’un l’autre, font connaissance. Leur histoire m’a touché.
La partie enquête vers la fin du livre est très bien traité. Pour moi qui fais un peu de droit, j’ai adoré la précision dans les termes et la façon de procéder.
Le majeur parti du livre traite de l’entreprise de « l’Ours ». C’est extrêmement violent. Beaucoup de scènes de viols et de tortures. Mais c’est très bien écrit. Que les âmes sensibles s’abstiennent !
C’est une histoire très bien rythmé et très bien construite. On ne s’ennuie pas une seule seconde. Tout s’enchaîne à la perfection. Et la fin ! Là j’avoue que j’ai un peu détesté l’auteur sur ce point mais je le comprend aussi.
C’est donc un gros coup de cœur !
Éditeur : Ring – Date de parution : 6 Octobre 2016 – Prix : 21 euros – 392 pages

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.