Le jour des morts par Nicolas Lebel

Résumé :
Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht, les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l’hôpital Saint-Antoine: un patient vient d’y être empoisonné. Le lendemain, c’est une famille entière qui est retrouvée sans vie dans un appartement des Champs-Élysées. Puis un couple de retraités à Courbevoie… Tandis que les cadavres bleutés s’empilent, la France prend peur: celle qu’on surnomme bientôt l’Empoisonneuse est à l’oeuvre et semble au hasard décimer des familles aux quatre coins de France depuis plus de quarante ans. Les médias s’enflamment alors que la police tarde à arrêter la coupable et à fournir des réponses : qui est cette jeune femme d’une trentaine d’années que de nombreux témoins ont croisée? Comment peut-elle tuer depuis quarante ans et en paraître trente? Surtout, qui parmi nous sera sa prochaine victime? Dans la tornade médiatique et la vindicte populaire, chacun reconnaît la tueuse: elle est une voisine, une soeur, une ex, et la chasse aux sorcières s’organise. Mais derrière l’Empoisonneuse, c’est la Mort elle-même qui est à l’oeuvre, patiente et inexorable: nul ne lui échappera.

Avis :
Quel plaisir de retrouver Mehrlicht et son équipe pour un nouveau livre ! Le précédent m’avait enchanté. Je découvrais la plume de Nicolas Lebel dont j’entendais tant parler. Et pour cause car son écriture est délicieuse. Elle est maîtrisée, elle sonne à merveille à mes oreilles.

Dans ce nouveau livre on retrouve l’équipe un peu là où on l’a laissé. Un personnage s’ajoute, c’est un nouveau stagiaire , Guillaume Lagnac. C’est un plaisir de retrouvé l’équipe de Mehrlicht. Ils ont à peine changé mais la relation entre Dossantos et Latour a un peu évolué. Ils sont devenus plus proche avec ce qui arrive à Latour. Mais le faite qu’ils gardent cela secret fait que Mehrlicht se pose des questions sur eux. Ce qui arrive à Latour et aussi à Dossantos dans ce livre reste à part de l’histoire principale. Cela n’aboutit pas vraiment à la fin du livre et laisse donc entendre que cela va continuer dans le prochain livre. Ils ne vont pas, je pense, pouvoir garder tout cela encore bien longtemps secret et cela sera sûrement explosif quand Mehrlicht va le savoir. Quand au nouveau, Lagnac, il est insupportable. C’est un jeune arrogant qui pense être le plus beau et le plus irrésistible. Mais heureusement que Mehrlicht, au début, puis en suite Dossantos vont lui faire comprendre de manière musclée qu’il faut qu’il se calme. Ces passages là et surtout le tout premier sont jouissif !

Quand à l’histoire en elle-même, il y en a deux voir trois qui vont bien sûr avoir un lien en commun. Ce lien n’est pas évident au début du livre mais il va commencer à apparaître à un peu plus de la moitié du livre. Cela ne gâche rien à la qualité de la construction du livre. Celle qui est quand même la plus intéressante est celle de l’Empoisonneuse. On ne voit pas comment ils vont faire pour résoudre cette enquête qui semble qui semble n’avoir aucune logique. Mais c’est sans compter sur la perspicacité de Latour qui va trouver un élément qui semble improbable mais qui sera l’élément capital pour avancer.
Puis en parallèle, il y a l’histoire de ce chercheur de livre et d’un ministre. Au début cette histoire est centrée sur ce chercheur. C’est un homme qui fait peur mais qui semble aussi extrêmement déprimé. Il n’a plus de plaisir à continuer car on comprend que plus personne ne partage autant que lui sa passion pour les livres anciens. Il est en contact avec un ministre qui cherche à se faire une collection de livres anciens pour en faite placer son argent. Cette histoire va se finir de manière surprenante. Pour reprendre un mot que Mehrlicht apprend au début du livre : c’est une histoire de « karma » !

Je ne peux que vous recommander de le lire si vous avez lu le précédent « L’Heure des fous ». L’humour de Nicolas Lebel et donc de son personnage Mehrlicht est là pour notre plus grand bonheur. L’écriture est sublime, c’est une merveille. L’auteur fait passer quelques messages dans son livre. Il nous parle des médias et parfois de leur absurdité dans des reportages que nous voyons tous qui sont là pour combler le vide d’information. Il nous parle aussi de ces politiques qui veulent se faire une image mais qui en réalité ne correspond pas à ce qu’ils sont.
J’ai vraiment hâte de lire le suivant !!

UN GROS COUP DE CŒUR !!!

Éditeur : Marabout – Date de parution : 21 Mai 2014 – Pages : 384 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.