The Girls par Emma Cline

Résumé :

Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu’elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l’atmosphère d’abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l’aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une secte au leader charismatique, Russell. Leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l’adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s’intégrer. Son obsession pour Suzanne grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche inéluctablement d’une violence impensable.

Avis :
On a tous une image des années 60/70 avec les hippies, une vie libre en dehors de la société. Mais cette vie peut aussi cacher des choses peu reluisantes.
Ici nous sommes en 1969 où nous suivons la jeune Evie Boyd. C’est une toute jeune adolescente de 14 ans qui vit avec sa mère dans une banlieue plutôt aisée. Comme toutes les ados, elle se cherche et à envie de nouvelle expérience pour faire plus que son âge. Mais un jour, elle va rencontrer une jeune fille qui va bouleverser sa vie. Cette jeune fille ne ressemble à aucune autre qu’elle connaît. Il souffle comme un vent de liberté dans son attitude. Evie va vouloir devenir amie avec cette jeune fille et se faire accepter de sa bande.
Cette histoire nous est racontée par Evie à l’âge adulte avec encore un peu du regard de cette jeune ado qu’elle a été. On sait dès le début du livre que ce qu’elle a vécu ne s’est pas bien terminé en partie.
Elle tente de cacher aux autres ce qu’elle a vécue en étant la plus discrète possible mais son passé est toujours présent et la hante encore.
Le livre se divise en quatre parties. On commence toujours une partie avec Evie, adulte, qui vit dans la maison d’un ami où elle va faire la connaissance du fils de son ami et de sa copine. Ils vont l’obliger à se souvenir de son passé sombre. C’est ainsi qu’elle raconte ce qu’elle a vécue même si elle ne s’adresse pas particulièrement à eux. Ces moments dans le présent serve à nous montrer comment Evie est maintenant. Ils sont secondaires et pas forcément très intéressant. Ils sont cependant une pause avec le passé d’Evie.
Son histoire est racontée de manière chronologique en grande partie. Mais elle a ajouté son opinion d’adulte qui a pris du recul par rapport à ce qu’elle a vécu dans cette « secte ». Dès le début on sait comment cela se termine. Ce qui est donc intéressant c’est de comprendre comment elle en est arrivée là.
Au début j’avoue avoir eu beaucoup de mal dans les 100 premières pages. Tout me paraissait flou et difficile à comprendre. Je ne situais pas bien l’histoire et les différents personnages. Le style d’écriture est très particulier. On saute parfois d’une scène à l’autre ou alors quelque chose arrive sans que l’on s’en rende compte. De plus l’histoire démarre très lentement. La mise en place est longue. Il n’y a que quand Evie arrive au ranch que les choses deviennent plus intéressante.
La construction des phrases est aussi très particulière et m’a dérangé au début pour comprendre ce qu’il se passait. J’ai donc parfois été obligé de relire des passages pour être sûr de bien comprendre.
L’histoire ne m’a pas passionnée plus que ça. Les personnages sont très étranges et j’ai parfois du mal à les suivre. Evie est très naïve et elle est vraiment prête à tout pour se faire accepter. On se demande pourquoi personne et surtout sa mère ne voit pas qu’il se passe quelque chose. Mais je pense que pour comprendre il faut dire que la mentalité et la manière d’être avec ses enfants n’était pas la même entre hier et aujourd’hui.
Ce livre c’est le reflet d’une époque à travers les yeux d’une adulte qui a gardé une part de son âme d’adolescente.
La secte de Russel ne ressemble pas beaucoup aux sectes dont j’ai pu entendre parler qui date de cette époque. Mais je ne nie pas qu’une secte du même genre à exister. Le côté mystique n’est pour moi pas assez appuyé. Cependant on voit très bien comment embrigadement se fait. C’est très lent mais c’est aussi très pervers. La Evie adulte nous le dit très bien quand elle analyse les gestes de Russel.
Côté ambiance ça rattrape l’ennui parfois de l’histoire. On image plutôt bien comment était ce ranch. On sent presque l’odeur et la saleté qui y régnait. Le côté sombre et caché de cette histoire nous apparaît aussi quand Evie, adulte, nous donne des détails qu’elle n’avait pas quand elle était adolescente.

 

Ce n’est clairement pas un coup de cœur. Mais ce livre est intéressant pour avoir une image, une vision de cette époque très particulière où les excès et les « sectes » étaient à l’oeuvre.
Editions : 10/18 – Date de parution : 17 Août 2017 – 360 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.