L’échange de Rebecca Fleet

Présentation de l’éditeur :

 » Personne ne vit ainsi… à moins d’avoir quelque chose à cacher. « 

Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l’occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d’imaginer que quelqu’un puisse y habiter.
Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu’elle aurait préféré garder enfouis. Et à présent, cette personne se trouve chez elle…

Avis :

J’ai beaucoup vu passer ce livre sur Facebook et Instagram et ça m’a beaucoup intrigué. La maison d’édition, à travers les pubs sur ses réseaux sociaux, m’avait beaucoup donné envie de découvrir ce livre avec un pitch de départ plutôt alléchant.
On voit tout de suite qu’il s’agit d’un thriller psychologique et c’est un genre qui me plait beaucoup car on s’attend à des révélations que l’on ne pouvait pas soupçonner et qui renversent complètement l’histoire.
Tout commence avec un chapitre très intriguant car on ne sait qui est cette personne et il se termine avec une phrase qui laisse beaucoup de suspense. Ensuite on fait connaissance avec Caroline et son mari.
Ce qui m’a intrigué dès le début c’est l’en tête du chapitre « ailleurs » puis plus tard on a « ici » avec bien sûr des dates différentes. On se balade donc entre le présent et le passé de ce couple mais l’ « ailleurs et l’ « ici » ne sont pas des notions très claires dans tout le récit.
Du côté du couple on comprend qu’ils ont vécu des choses très difficiles et que cette semaine de vacances est un peu l’ultime chose qui peut les aider à aller de l’avant. Ce qu’il se passe dans cette maison est très intriguant et assez captivant au début car comme Caroline on ne comprend pas comment ces indices sur son passé peuvent se retrouver dans la maison d’une personne qu’ils ne sont pas censés connaître et qui se trouve en même temps chez eux.
Les 100 premières pages se lisent très vite, ce qui semblait être un bon signe sauf que ce n’était pas le cas…
Tout d’abord il y a, selon moi, des erreurs de traduction ou des coquilles qui gâchent un peu le plaisir de la lecture. Si ce livre venait d’une petite maison d’édition avec des petits moyens, j’aurais été plus indulgente, mais là ce n’est pas le cas malheureusement.
Ensuite, côté histoire, on s’ennuie assez vite. On se doute assez vite qui est derrière tout cela et du coup l’intérêt retombe. De plus il y a beaucoup de longueurs, l’action est très lente et je me suis demandé si l’auteure ne cherchait pas à meubler par moment.
On s’intéresse assez peu au mari dans ce début et donc plus à Caroline, alors que l’on sent qu’il y a des choses à dire sur lui. Cela arrivera plus tard mais cela se révèlera assez décevant, pas assez abouti sauf sur un point mais encore il y aurait aussi à redire sur ce point.
Pour un thriller psychologique, j’ai trouvé le côté psychologique des personnages pas très réussi. L’auteure n’est pas entièrement passé à côté mais je dirais plutôt qu’elle n’a pas rendue cela très intéressant du faite qu’il faille attendre longtemps avant qu’il se passe quelque chose d’intéressant.
Autre point qui m’a fait levé les yeux au ciel, ce sont les scènes de sexe…J’ai directement pensé au livre « 50 nuances… » donc rien d’original et c’est un très mauvais point. Le thématique de l’adultère est très clichée dans ce livre tout comme la relation de ce couple.
Arrivé vers la fin du livre, j’ai sentie comme un regain d’énergie. Quand on découvre finalement qui se trouve chez eux et ce qu’elle veut faire, on se dit que cela pourrait être intéressant et devenir angoissant. Sauf que malheureusement cela retombe un peu à plat.
La toute fin du livre est très décevante, je m’attendais à quelque chose de plus spectaculaire.

 

Au final, il y avait beaucoup de promesses dans ce pitch qui à ce moment de l’année tombe plutôt bien mais l’auteure n’a pas su aller assez loin dans son idée qui devient prévisible et qui finit sur une touche très décevante…

Editions : La Bête Noire – Robert Laffont – Date de parution : 7 Juin 2018 – 336 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.