Les déracinés de Catherine Bardon

Présentation de l’éditeur :

Des cafés viennois des années trente aux plages des Caraïbes, découvrez une formidable histoire d’amour et d’exil, et le destin exceptionnel d’Almah et de Wilhelm.

Vienne, 1932. Au milieu du joyeux tumulte des cafés, Wilhelm, journaliste, rencontre Almah, libre et radieuse. Mais la montée de l’antisémitisme vient assombrir leur idylle. Au bout de quelques années, ils n’auront plus le choix ; les voilà condamnés à l’exil. Commence alors une longue errance de pays en pays, d’illusions en désillusions. Jusqu’à ce qu’on leur fasse une proposition inattendue : fonder une colonie en République dominicaine. En effet, le dictateur local a offert cent mille visas à des Juifs venus du Reich.
Là, au milieu de la jungle brûlante, tout est à construire : leur ville, leur vie.

Fondée sur des faits réels, cette fresque au souffle admirable révèle un pan méconnu de notre histoire. Elle dépeint le sort des êtres pris dans les turbulences du temps, la perte des rêves de jeunesse, la douleur de l’exil et la quête des racines.

 

Avis :

Lorsque que Gérard Collard a encensé ce livre, je me suis dis « tiens pourquoi pas ». En général quand je suis les conseils de Monsieur Collard, je ne suis jamais déçue, je lui dois beaucoup de très belles découvertes littéraires et humaines. Puis il se trouve que l’auteure est venue au salon du livre et du vin à Saumur. Nous avons beaucoup discuté et le courant est passé tout de suite. Le sujet de son premier roman m’intéressait beaucoup.
Dans ce premier tome (je ne vous spoile pas en le disant, rassurez vous), nous suivons le destin d’une famille qui se construit. Nous faisons leur connaissance à travers l’un d’entre eux plus particulièrement, Wilhem. On fait sa connaissance avant qu’il ne rencontre Almah. On s’attache très vite à eux en particulier plus qu’à d’autres personnages qui le sont aussi. Leur histoire d’amour est attendrissante et tellement belle. Elle a encore plus de force quand on sait par quoi ils vont devoir passer pour s’en sortir.
En plus de cette histoire, il y a l’Histoire. L’auteure a réussie à intégrer cette histoire dans la grande à merveille. Même si c’est une partie de l’Histoire qui a été traitée dans de nombreux romans, ici l’auteure arrive quand même à nous apprendre des éléments qui sont très peu connus à mon avis.
De l’Autriche jusqu’à la République Dominicaine, l’histoire d’Almah et Wilhem raconte aussi celle de beaucoup de juifs de cette époque qui ont dû fuir pour survivre.
On est immergés du début à la fin du livre dans ce récit extrêmement poignant par moment.
En dehors du travail colossal de recherches que l’auteure a mené pour nous montrer ce qu’il s’était passé, elle a su le faire en nous faisant vivre ce récit. On ressent pleinement ce que vont vivre ses personnages. Le froid, la chaleur, la faim, la saleté, tout est très bien décrit à chaque page.
Mais il y a aussi tout le côté psychologique. Là-dessus l’auteure n’y est pas allé de main morte non plus. Les doutes, les joies et les peines sont très bien décrits dans les moindres détails. Les réflexions de Wilhem, à travers ses carnets ou les chapitres où il est le narrateur, nous aident à mieux comprendre ce qu’il se passe et les enjeux qu’il y a derrière. Certaines réflexions ont aussi un côté très actuelle. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle avec la situation des migrants d’aujourd’hui. On se rend compte dans ce livre qu’ils vivent la même chose, certes avec peut être des différences mais on retrouve les même interrogations et doutes mais aussi la similarité dans ce qu’il se passe (quitter son pays en guerre pour se retrouver dans un pays où l’on est pas désiré).
Cette lecture a été longue et parfois difficile. Mais à aucun moment je me suis ennuyée. Je me suis laissé emporter dans cette fresque. Les personnages m’ont emmenés avec eux dans ce voyage et dans leurs doutes. Je me suis sentie comme un membre de cette famille. Je ressentais les mêmes sentiments qu’eux. J’ai aussi beaucoup appris tellement l’auteure a fait preuve d’une grande précision dans les faits. Cette histoire fondée sur des faits réels est très très réussie.
La fin m’a bouleversée comme rarement. Je ne suis pas une grande fan des histoires d’amour car souvent on tombe dans le cliché mais là c’est pas le cas. C’est beau car c’est humain et donc très vrai.
Ce livre m’a beaucoup touchée et je ne peux que vous le recommander chaudement ! Il me tarde de lire la suite…

Éditions : Les Escales – Date de parution : 3 Mai 2018 – 624 pages

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.