La Massaia de Paola Masino

Présentation de l’éditeur :

Voici une petite fille qui a décidé de ne rien faire comme tout le monde. Elle a choisi de vivre… dans une malle. Oubliée de sa famille et de la société, entièrement absorbée par ses questionnements sur le sens de l’existence, elle ignore les devoirs qui incombent à toute femme. Car, sous l’Italie fasciste – où l’on devine que se situe le roman –, les femmes sont assignées au mariage et à leur foyer :  » Des enfants, des enfants !  » assénait Mussolini.
Sale, repoussante, cette étrange créature fait le désespoir de sa mère. Jusqu’au jour où elle cède à ses suppliques : adolescente, elle sort de la malle.
Dans une riche propriété, la jeune fille mariée, entourée de domestiques, semble renoncer à ses idéaux, et tente à tout prix de devenir une parfaite maîtresse de maison : une Massaia.

Avis :

Quand on m’a proposé ce livre, je ne savais pas trop où je mettais les pieds. Même si je fais quelques écarts en lisant de la littérature blanche, ici il s’agit d’une fable (indiqué sur la quatrième de couverture). Mais ce qui m’a intéressé, c’est le côté inédit du livre (publié en Italie après la seconde guerre mondiale et après de nombreuses péripéties et jamais publié en France jusqu’à maintenant) mais aussi que l’auteure soit une femme engagée et féministe.
Elle a fréquenté aussi bien Paul Valéry que Joséphine Baker !
Si d’aventure ce livre vous tente, je vous conseille d’abord de lire le contexte dans lequel il a été écrit et aussi de lire la biographie de cette auteure inconnue en France. Cela m’a permis de placer ce livre dans son contexte avant de le commencer.
Il n’a pas été facile de rentrer dans ce livre, le fait que ce soit une fable fait que l’on a le droit à des situations invraisemblables. Il en est ainsi pendant tout le livre mais au bout de plusieurs pages, j’ai réussi à m’y habituer.
Le contexte du livre comme indiqué est l’Italie fasciste. Mais ce qu’il se passe et le message qui est véhiculé fait que ce livre pourrait se passer à une autre époque, un autre lieu et surtout de nos jours. C’est le point qui m’a le plus fasciné dans ce livre et m’amène à parler du thème centrale, la condition de la femme.
Au début on a cette enfant qui vit dans une malle. C’est son refuge. Mais elle prend conscience du monde qui l’entoure et décide de renaître une seconde fois. Sauf qu’elle va se rendre compte de ce que l’on attend d’elle: être une femme parfaite pour s’intégrer dans la société. Elle ne va pas rechigner et accepter tout jusqu’au mariage. Là elle découvre qu’elle doit jouer un autre rôle encore, celui de l’épouse et maîtresse de maison. Elle va se plier à ce nouveau rôle mais on sent à partir de là qu’elle se pose des questions et que tout ceci ne lui plait pas vraiment. Elle aimerait revenir en arrière mais cela sera difficile.
L’auteure nous décrit bien le rôle de la femme dans la société actuelle. Elle doit savoir tout faire, tout gérer pour garder son honneur. Dans l’histoire cela tourne parfois à la farce. On en arrive à des situations complètement dingues. Mais on comprend qu’elle n’a guère le choix. Toutes les facettes sont abordées sauf une qui ne l’est que vaguement vers la fin et cela m’a un peu surprise vu son importance pour moi dans le stéréotype actuel (mais qui devait être aussi important à l’époque de l’écriture de ce livre) : c’est celui de maternité. L’évocation ne dure que quelques pages et n’est pas très appuyé. Il est aussi question d’émancipation (toutes proportions gardées) à plusieurs moments, cela redonne un peu d’espoir même si il n’est que de courte durée.
Au final, c’est une lecture qui m’a plu. Le style est très particulier, cela est peut être du au faite ce soit une fable. Mais l’auteure a très bien su nous faire passer des messages qui vont de la condition de la femme (le plus important) au poids de la société et de ses codes. Elle égratigne en même temps la haute société à travers des personnages très caricaturaux.

 

Ce n’est pas un livre qui conviendra à tous mais il est très intéressant de le lire aujourd’hui pour voir que les choses ont peu évoluées voir régresser par endroit ou sont restées un peu les mêmes.

Editions : La Martinière – Date de parution : 30 Août 2018 – 352 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.