Sous terre, personne ne vous entend crier de Gilbert Gallerne

71r+W32YDUL

Présentation de l’éditeur :

Dans les ténèbres des couloirs du métro parisien, la bête est tapie, attendant sa proie.
Un polar rythmé, dans les catacombes et les couloirs du métro où l’auteur joue avec notre claustrophobie et la peur des monstres.
Quand le commissaire Lionel Jonzac se rend sur une scène de crime dans les catacombes, on ne peut pas dire qu’il soit dans les meilleurs conditions.
L’interpellation du Serbe a été un véritable fiasco…
La victime, une jeune fille, qui git à ses pieds est salement mutilée. Quand en plus il reconnaît sa nièce, Jonzac n’a qu’un avant-goût de l’enfer qui l’attend…

Avis :

Pour qu’un polar me plaise, il faut que l’auteur m’attrape dès le début ou alors dans les 50 premières pages et ne me lâche plus jusqu’à la fin ou alors juste de quoi me laisser reprendre un peu mon souffle.

Ici on commence direct dans l’action pour rencontrer nos personnages et puisque ce sont des flics, on attaque direct dans l’action avec une arrestation qui finit mal.
Ce premier événement nous permet de faire connaissance avec Lionel Jonzac, commissaire. Cet homme est un solitaire mais il aime son travail même si à l’approche de la retraite il n’est pas mécontent de le quitter. Malheureusement, comme l’indique la quatrième de couverture, il va perdre sa nièce dans des conditions très étranges.

On plonge alors dans un univers que je n’avais pas beaucoup vu dans le polar, celui du monde souterrain de Paris. Une grande partie de l’action va se passer sous terre dans les catacombes mais pas seulement. Je pense que l’auteur a dû faire un sacré travail de recherches pour arriver à nous plonger aussi bien dans cet univers très particulier. J’avoue avoir eu peur assez vite et m’être sentie claustrophobe. L’ambiance est un des gros points forts de ce livre.

A cela on peut ajouter le personnage du tueur en série qui fait froid dans le dos dès le début du livre et encore plus à la fin. On apprend au fur et à mesure qui est là et en cela il devient de plus plus terrifiant. J’ai ressenti un certain malaise par moment.
Quand on ajoute le monde souterrain de Paris à ce personnage de tueur, je peux vous dire que je ne vais plus voir les transports en communs parisien de la même manière.

En ce qui concerne l’enquête principal, très vite comme on peut s’y attendre, Jonzac va mener l’enquête seul un peu à l’ancienne. C’est un élément qui change de ce que l’on a l’habitude de lire actuellement où l’on essaye d’être le plus réaliste possible côté procédure. Mais cela n’en reste pas moins réaliste.
Concernant la seconde enquête qui est encore plus personnel pour Jonzac, elle est assez anecdotique même si elle connait une fin dans ce livre. J’ai eu cependant l’impression de passer à côté de quelques éléments qui ont peut être fait l’objet d’un précédent livre.

Dans ce livre on ne s’ennuie pas. Les chapitres sont courts et s’enchainent très vite. L’écriture est fluide. Le rythme est excellent. Ce livre est un livre d’ambiance. On est à la fois fasciné par ce monde souterrain mais aussi terrifié. Les révélations viennent au compte-goutte avant une apothéose finale qui vous scotche ! On enchaine les surprises pour notre plus grand plaisir.

Ce fut donc une très bonne lecture ! Les amateurs de polar en auront pour leur compte avec ce livre qui nous plonge dans les bas-fonds parisiens comme jamais.

Editions : French Pulp – Date de parution : 21 Juin 2018 – 368 pages

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.