Au petit bonheur la chance ! de Aurélie Valognes

71X5KS72UvL

Présentation de l’éditeur :

1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère, Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus. Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un cœur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot. Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon. Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie.

Avis :

A priori voici le genre de livre que je n’irais pas spontanément acheter en librairie. Mais en tant que blogueuse ayant la chance de recevoir des services de presse, il m’arrive de saisir l’occasion pour lire des livres d’auteurs dont tout le monde parle.

Le premier chapitre est assez difficile. Ce pauvre Jean qui n’a rien demandé à personne se retrouve largué du jour au lendemain chez sa grand-mère qu’il connait à peine par sa mère. Dès la fin de ce chapitre on comprend que ces deux-là vont cohabiter un petit moment ensemble.

Il m’a fallu du temps pour apprécier ce livre dans sa première moitié. La relation entre la grand-mère et son petit-fils n’est pas facile car elle n’est pas naturelle, tout est à construire. Mais ce n’est pas pour autant que cela s’avère passionnant. Les rebondissements sont très peu présents voire inexistant. Je me suis un peu ennuyé dans cette première moitié du livre. Rien n’arrivait à capter mon attention.

Mais au bout d’un moment, j’ai trouvé le personnage de Jean très attachant. Il en a été de même avec celui de Mémé Lucette. Ces deux-là arrivent à nous faire rire avec des scènes plutôt drôle et touchante. Leur relation devient intéressante. Assez vite j’ai pris le parti de Jean par rapport à ce qu’il pense de sa mère. Ce pauvre petit garçon n’a rien demandé et se retrouve à vivre une vie qui n’est pas celle qu’il aurait dû avoir. J’ai partagé ses colères et ses frustrations surtout après la scène du baptême qui est d’une grande violence pour un enfant de son âge.

La seconde moitié du roman capte un peu plus notre attention. Il y a bien sûr un rebondissement important qui change beaucoup de choses pour Jean. Là plus que jamais j’ai eu pitié pour cet enfant qui encore une fois n’a pas demandé à vivre cette vie mais ce voit contraint par des adultes négligents. Il faut certes remettre les choses dans le contexte de l’époque des années 70 mais je trouve que l’auteure a été un peu loin et ne peut pas tout justifier par le contexte de l’époque.

Pour la fin du livre, je trouve que l’auteure l’a fait un peu trop trainé. Ce n’était pas mauvais mais ce n’était pas nécessaire. Les choses auraient mérité d’être un peu plus rapide pour ne pas casser l’effet recherché.

Derrière ce livre il y a un message que l’auteure nous explique à la fin du livre. Elle voulait rendre hommage à ces femmes qui n’avaient pas le choix que d’être des « épouses pondeuses ». En gros elle trouve une excuse aux femmes qui ne voulaient pas être mère et qui le sont malgré elle. Cela aura pu fonctionner mais au vue du personnage de la mère de Jean, je ne trouve pas sa crédible. Ce personnage est bien loin de ces femmes que l’auteure veut défendre. Personne ne l’a forcé à être comme elle est. De plus pour moi, rien ne justifie de laisser un enfant comme ça du jour au lendemain et peut importe l’époque.

C’est pourquoi je trouve ce livre plein d’incohérences au vue du message qu’il veut transmettre.

En ce qui concerne le style et l’écriture, je ne trouve pas ça inoubliable. Ce n’est pas un livre qui m’a marqué et je pense que je vais vite l’oublier. Cependant je ne peux pas dire que j’ai passé un mauvais moment de lecture.

C’était une lecture gentille et qui fait passer le temps sans prise de tête. Etant devenue assez exigeante dans ce que je lis, je ne suis clairement pas le cœur de cible pour ce genre de livre.

Edition : Le Livre de Poche – Date de parution : 6 Mars 2019 – 384 pages

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.