Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi

Il-est-grand-temps-de-rallumer-les-etoiles

Présentation de l’éditeur :

Anna, trente-sept ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À dix-sept ans, Chloé a renoncé à ses rêves pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Lily, du haut de ses douze ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Avis :

Après avoir découvert Aurélie Valognes, j’ai décidé de découvrir Virginie Grimaldi. Ces deux auteures sont en tête des ventes depuis de nombreux livres et je ne les avais encore jamais lues. Pour Aurélie Valognes c’est fait et ce ne fut pas une lecture qui m’a marquée mais pour Virginie Grimaldi c’est un peu différent.
Ma meilleure amie, Athénaïs, qui normalement ne lit que du noir, adore cette auteure ! C’est l’une des très rares en littérature générale qu’elle aime donc c’est normal que j’ai eu envie de la découvrir.

Ce livre est considéré comme un « feel good book » mais je pense que cela va bien au-delà et surtout qu’il ne répond aux clichés de ce genre dont je suis très peu fan. Il y a beaucoup de thèmes qui sont abordés dans ce livre avec souvent beaucoup de justesse et de finesse. On y parle de l’adolescence, du harcèlement scolaire et des violences conjugales. Mais il est aussi question en toile de fond, de notre société qui pense qu’il n’y a que les questions d’argent qui compte et non les relations des êtres humains entre eux ainsi que leur développement personnel.

C’est ce ras le bol qui va pousser Anna à quitter cette vie qui n’a plus de sens pour partir dans un road trip avec ses deux filles : Chloé et Lily. Leur but est d’aller voir des aurores boréales. Mais sur leur chemin elles vont rencontrer un groupe de camping caristes auxquelles elles vont se joindre.

Nous avons donc une foule de personnages dans ce livre. Les trois principales sont très attachantes même si j’ai une grande préférence pour les deux jeunes. Anna, la mère, m’a moyennement touchée. Je n’ai pas beaucoup accroché à son histoire qui manque un peu crédibilité. C’est là le petit point faible du livre selon moi. Son histoire me parait un peu clichée et je ne dis pas ça de manière négative. Son histoire aborde un thème d’actualité mais que l’on retrouve trop systématiquement dans ce genre de livre.
Les deux jeunes filles abordent quant à elle les thèmes qui m’ont le plus intéressé et surtout qui questionne le plus selon moi. L’auteure ne s’est pas trompé avec elles. Les bonnes questions sont posées et les réponses apportées sont très justes. C’est ici que ce livre envoie un excellent message aux jeunes lectrices ainsi qu’aux parents.
Les autres personnages sont eux très drôles et aident nos trois personnages principaux dans leur quête. Ils sont très éclectiques et apportent ainsi beaucoup au rythme et à l’intérêt du livre.

Ce que j’ai beaucoup aimé aussi c’est la manière dont ce livre est construit. On alterne entre les chapitres où on suit Ana, puis Chloé et ensuite Lily. Pour Lily et Chloé nous avons le format du journal intime et du blog. On se mets ainsi vraiment dans la peau de ces jeunes et on les comprend mieux. Ces trois points de vue sont une bonne idée pour le rythme du livre aussi. Ainsi du côté de l’écriture, on a quelque chose d’intéressant. C’est simple sans être simpliste comme dans d’autres livres du même genre. L’auteure a su s’adapter au langage des ados. La façon de parler de Lily est ce qu’il y a de plus drôle et même si on flirte un peu avec la caricature, on adore quand même.

Ce fût une belle lecture qui m’a bien plus convaincue que le livre d’Aurélie Valognes. Je comprends pourquoi cette auteure plait à beaucoup. Je vais la classer proche du style d’Agnès Abécassis qui est pour moi ma référence absolue et l’auteure que j’adore le plus dans ce genre de livre. Il y a de l’humain, du vrai, du crédible.
C’est une lecture qui est bien sûr parfaite pour la période estivale. Bientôt je lirais son dernier « Quand nos souvenirs viendront danser ».

Editions : Le Livre de poche – Date de parution : 2 Mai 2019 – 384 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.