Tu aimeras ce que tu as tué de Kevin Lambert

tue_web.1489446356

Présentation de l’éditeur :

Le grand-père du jeune Faldistoire se prend pour un fantôme, la mère de Sylvie pratique la sorcellerie et lit l’avenir dans les tarots tandis que, sous le vernis de la normalité, le père de Sébastien cache de sombres desseins. Faldistoire, Sylvie et Sébastien fréquentent la même école primaire, puis, au secondaire, le même collège privé. Où Almanach les rejoint pour devenir, un jour, l’amant de Faldistoire.
Non loin de là, dans le cimetière, sous le regard inexpressif des crapauds, de nouveaux trous sont sans arrêt creusés. Car il ne fait pas bon vivre pour les enfants de Chicoutimi : viols, accidents tragiques, meurtres insensés. Heureusement, la plupart d’entre eux reviennent après le trépas. Ils s’apprêtent à prendre leur revanche.

Avis :

Avant de vous parler de son second roman qui arrive en France, je voulais vous parler de son premier roman qui est uniquement sortie au Québec pour l’instant. Je n’avais pas prévu de le lire dans l’immédiat mais il se trouve que j’ai rencontré l’auteur à Livre Paris où j’ai pu me procurer son premier livre et ensuite j’ai appris que son second roman sortait en France.

De plus vous devez commencer à le savoir mais je suis une grande amoureuse de la littérature québécoise. Je trouve que les auteurs ont un style qui ne s’encombre pas de filtre. Ils sont beaucoup plus directs pour exprimer les sentiments. C’est ce que je constate chez cet auteur. Sans parler de son second roman en détail, je trouve que son écriture est très directe avec beaucoup de violence. Il y a beaucoup de révolte chez cet auteur qui semble se défouler à travers ses écrits d’une grande maturité pour un si jeune auteur. C’est encore plus saisissant dans son premier roman.

Ce premier roman montre très bien ce que j’ai ressenti dans son écriture. Il y a beaucoup de violence et de révolte envers une ville. Le personnage principal est un jeune homme qui est en lutte contre cette ville, cette société, sa famille et les adultes qui l’entourent.
Ce jeune hait tout de cette ville sauf ceux de son âge en général. Cette haine monte de plus en plus au fur et à mesure du livre et elle est de plus en plus violente. Il veut se rebeller par tous les moyens possibles. Mais ce qui est le plus étrange c’est que tous les enfants vont mourir et ensuite revenir vivre à la vie comme si de rien n’était. C’est assez perturbant pendant la lecture mais ce n’est pas sans avoir un sens.

On va le suivre depuis son entrée dans ce que l’on pourrait appeler la maternelle ou primaire jusqu’au lycée. On le voit grandir et tenter de survivre dans cette ville qui ne veut pas que du bien aux jeunes. On se focalise aussi sur la découverte de la sexualité qui lui sert de moyen pour se rebeller à lui et à ses amis. C’est la source de nombreux conflits mais aussi de passion destructrice.
C’est assez perturbant pour le lecteur qui n’a pas l’habitude mais ici il n’y a pas de tabou. On se permets tout et je trouve ça très bien. Il y a une grande liberté que ce soit pour le pire ou le meilleur. Et ce qu’il est important de signaler c’est que tout ceci a toujours un sens. Rien n’est là par hasard.

Le roman est court et mener tambour battant. Les chapitres sont courts et s’enchaine très vite. Il m’a fallu au début m’adapter au langage mais une fois passer ce cap, c’est un vrai plaisir de lecture que je me suis offert. Il n’y a pas à dire mais les québécois savent écrire. C’est très fort à chaque page et ça ne baisse pas du début à la fin. On monte bien sûr en puissance pour un final explosif ! Il ne pouvait pas en être autrement.

Ce n’est pas un roman qui plaira à tout le monde mais pour un premier roman je trouve que c’est une très grande réussite. Cet auteur est définitivement un auteur à suivre de près. Très bientôt je vous parlerais de son second roman qui parait en France pour la rentrée littéraire.

Editions : Héliotrope – Date de parution : 20 Mars 2017 – 200 pages

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.