La chute des princes de Robert Goolrick

71Ryk5nCPbL

Présentation de l’éditeur :

Grandeur et décadence d’un golden boy
New York, années 1980. Bienvenue au bal des vanités, où de jeunes traders vont vendre leur âme au dollar et se consumer dans une ronde effrénée, sublime et macabre. Ils ont signé pour le frisson et ils vont jouer toute la partie : les fêtes, les drogues, l’alcool, les corps parfaits, les Cadillac, le sexe, et des morts que l’on laisse en chemin. Vite, toujours plus vite, c’est la seule règle de ce jeu. Aller suffisamment vite pour ne pas se laisser rattraper. Parce que les princes sont poursuivis par de terrifiants monstres : le sida, les overdoses, le regard chargé de honte de leurs parents, un amour s’excusant de n’avoir sauvé personne. L’un des plus grands romans sur l’Amérique et l’argent depuis Gatsby le Magnifique.

Avis :

Après avoir lu Féroces, je continue avec ce nouveau livre avant d’entamer le petit dernier.

On s’intéresse cette fois ci à la vie de jeune adulte et d’adulte de Rooney. On va découvrir le New York des années 80 où tout était parfait et où tout semblait possible. Mais on va aussi découvrir la face cachée avec le début du sida et la plongée en enfer quand on perd tout.

Dès le début du livre on découvre Rooney après sa « vie de rêve » de trader. Il n’y a donc pas vraiment de suspens mais ce qui est intéressant c’est de savoir comment il en est arrivé là.

Comme dans le précédent livre, l’auteur ne suit pas un ordre chronologique. Il nous raconte ses souvenirs un peu comme il lui vienne mais dans le fond ce n’est pas sans une certaine logique. Il semble nous la raconter avec un œil extérieur, comme s’il essayait de comprendre pourquoi les choses se sont passés ainsi, pour les comprendre.

 Avec le premier livre, j’étais à fond dedans dès le début mais avec celui-ci ce ne fut pas le cas. Ce n’est pas à cause de la manière qu’il a de raconter car il a un sacré talent pour ça mais c’est plus le contenu des premiers chapitres. J’étais assez mal à l’aise avec cette profusion d’argent et ses dépenses à tout va. A cette époque, ils se permettaient tout sans se soucier de quoi que ce soit. Ils devenaient des personnes détestables à cause de cette argent qu’ils avaient certes gagné honnêtement (même si cela reste discutable). J’avais du mal croire que cela était possible.

Mais au bout d’un moment, environ à la moitié du livre, j’ai un peu plus apprécié ma lecture. Quand il était moins question de ces moments de débauches et plus du côté humain, j’ai trouvé cela plus intéressant. C’est là qu’on se rend compte de l’impact de ses comportements et qu’on réfléchit plus à la nature humaine.

 La fin du livre quant à elle est très touchante. La rencontre avec Holly est une sorte de synthèse de ce qu’il a vécu en tant que trader. On prend ainsi plus de recul sur ce que l’on a lu et on l’apprécie plus. Comme dans le précédent livre, c’est la fin qui nous fait changer d’avis et qui nous apporte le message de l’auteur.

On se rend compte que l’être humain n’est jamais autant mauvais quand il a la possibilité de tout se permettre et qu’il ne prend pas conscience de ses actes. Certains des amis de Rooney eux on sut réagir à temps mais dans la majorité ce n’est pas le cas et cela donne des destins tragiques. Son histoire est le reflet de notre monde actuel. L’individualisme et l’argent règne en maîtres absolus !

 Je ressors mitigé de cette lecture mais au final pas si déçu que cela. La plume de l’auteur me donne envie de continuer à le lire et c’est ce qui est le plus important. Le contenu du livre parle de manière différente à chacun d’entre nous selon notre vécu. C’est cependant un livre que je recommence car il décrit parfaitement cette époque des années 80 aux Etats Unis où les riches se permettaient tout jusqu’à ce qu’eux aussi se retrouvent en bas de l’échelle.

 Il ne me reste plus qu’à lire son dernier livre pour avoir la conclusion finale à la vie de Rooney.

Editions : 10/18 – Date de parution : 7 janvier 2016 – 240 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.