HS 7244 de Lorraine Letournel Laloule

71WQDS8RMxL

Présentation de l’éditeur :

Lorsque Marius se réveille dans cette cellule froide et puante, ses derniers souvenirs sont ceux d’une soirée arrosée et joyeuse avec Camille, l’amour de sa vie. Après Saint-Pétersbourg et Moscou, leur voyage à travers la Russie les avait conduits dans un petit bar de Grozny. Des vacances en amoureux, cela avait commencé comme ça…
Aujourd’hui, Marius est enfermé, il a tout perdu, à commencer par ses droits. Il entend des hurlements, des hommes sont torturés. On les accuse d’être malades, contagieux. Dans cette prison non officielle, ils font l’objet d’expériences médicales, menées par ceux qui veulent trouver l’origine de leur mal et surtout un remède à ce fléau.
Avec l’histoire de Marius, inspirée d’un drame qui a choqué le monde entier, Lorraine Letournel Laloue embarque le lecteur pour un aller simple en enfer.

Avis :

J’ai vu beaucoup de chroniques sur ce livre. Dont beaucoup de chroniques négatives très virulentes. Ce qui était reproché à ce livre m’a interpellé. Cela m’a rendue curieuse et m’a donné envie de le lire pour me faire mon propre avis.
Je connais Lorraine à travers son groupe Facebook « le club des mordus de lecture ». Nous avons souvent échangé sur nos lectures. Nous ne sommes pas des grandes amies mais je l’apprécie (de plus en plus même).
Cette chronique n’est pas une chronique de complaisance. Je ne le fais pas et je ne vais pas commencer avec ce livre.

La quatrième de couverture ne laisse pas de doute sur le fait que cette lecture ne va pas être de tout repos.
Le premier chapitre nous plonge directement dans cet univers froid, sombre et angoissant.
On ne sait pas où on est ni pourquoi le personnage principal est là. On découvre le lieu au fur et à mesure du livre sans savoir à quoi il sert précisément.
L’horreur défile à longueur de page. On croit que ça ne va jamais s’arrêter ou que l’on ne verra pas pire…mais en fait si. Il y a un sentiment de malaise qui s’est emparé de moi au fur et à mesure de cette lecture. J’ai dû faire des pauses pour m’éloigner un peu de cette violence. La dernière fois que cela m’est arrivé à ce point c’était pour « Le manufacturier » de Mattias Köping.

Si on se disait que tout cela n’est que de la fiction, quelque chose de purement inventé par l’auteure je pense que ça irait presque. Mais (sans vous dévoiler ce que l’auteure dénonce) quand on sait que toute cette histoire est largement inspirée de faits réels…et bien tu te sens encore plus mal. Se dire qu’en Europe au XXI ème siècle des êtres humains sont capables de penser à d’agir comme les nazis…ça parait impensable mais c’est d’actualité.

Le récit est plutôt bien construit. On ressent pleinement les émotions des personnages. Elle a su trouver les mots qu’il fallait pour toucher le lecteur. Il y a quelques surprises et retournements de situations auxquels je ne m’attendais pas du tout. Elle arrive à perdre le lecteur juste ce qu’il faut.
Ses personnages sont très attachant. Celui de Sylvain est celui qui m’a le plus touché. Sa relation avec un petit chien est simple mais belle. C’est comme une petite bouffée d’air frais dans cette horreur.

Comme c’est un premier roman, il y a bien sûr des défauts. L’écriture n’est pas tout à fait maîtrisée. On part parfois un peu trop à mon gout dans l’introspection des personnages. Il y aussi quelques maladresses dans certains chapitres. Mais au final on pardonne à l’auteure car son récit est d’une puissance incroyable.

Pour un premier roman, je dirais que c’est une petite réussite. Elle a su transmettre un message très fort et qui marque.
J’espère qu’elle ne va pas s’arrêter là car malgré une écriture pas tout à fait mature, il y a pour moi une marge de progression possible et intéressante.

Si tu as envie de voir de l’intérieur ce qui se passe à quelques heures de la France, ce livre est pour toi.

Editions : BelfondDate de parution : 27 Juin 2019 – 288 pages

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.