Sur le toit de l’enfer de Ilaria Tuti

Présentation de l’éditeur :

Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le cœur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.
Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…

Avis :

Troisième chronique pour le Prix Nouvelles voix du Polar 2020 des éditions Pocket !

Il s’agit de l’un des deux polars nommés dans la catégorie « polar étranger ».

Dans ce polar on va alterner entre l’enquête qui plongera dans l’Italie profonde des montagnes ainsi que dans le passé avec un lieu terrifiant dont on comprend peu de choses au début mais l’auteure en dira juste assez pour que ce soit terrifiant.

L’ambiance est donc posée dès le début. Ce sera sombre et terrifiant avec plein de secrets et de non dits.

Mais ce qui marque avant tout c’est le personnage principal. Cette femme meurtrie mais d’une force immense impose le respect à tous. On sait peut de choses sur son passé, on le devine juste et c’est suffisant. Elle sait s’imposer face à tous les hommes qui l’entourent par son autorité naturelle dû entre autre à son grade. Elle est aussi dotée d’une grande intelligence car c’est quasiment elle seule qui résout l’enquête. L’auteure a créée un personnage d’une immense richesse dont le lecteur va souvenir bien après la lecture.

En ce qui concerne l’enquête, elle est très complexe et on avance doucement. La découverte des victimes et de ce qu’elles ont subis est très dure à lire. Mais la violence se justifie donc il n’y a pas de problème. Tout comme le commissaire Battaglia on a dû mal à cerner le tueur et ses intentions. Il ne ressemble pas au schéma classique au premier abord. Mais on se doute qu’il y a un lien avec le passé à effectuer. Les personnages secondaires feront ressurgir les secrets et viendront aussi semés le trouble dans cette enquête. Il y en a que l’on suit un peu plus et que j’ai peu vu aussi impliqué dans un polar : ce sont les enfants. Ils sont traités de manière très intéressante par l’auteure et surtout très bien mis en avant. Comme le personnages principal, on s’y attache.

On peut parler de huis clos pour ce polar et je trouve qu’il est très bien construit. L’alternance avec le passé est parfaite et très intéressante car inspiré d’événements réels (tout est explique à la fin). Ce polar m’a captivé du début à la fin (qui est très réussie et émouvante). Les polars italiens sont décidément d’une qualité supérieure à d’autres. L’auteure nous captive aussi bien avec l’enquête qu’avec les personnages principaux et secondaires. L’équilibre est parfait.

Je suis bluffée par cette auteure que je ne connaissais pas et que j’ai bien l’intention de suivre maintenant !

Editions : Pocket – Date de parution : 10 Octobre 2019 – 432 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.