Sigló de Ragnar Jónasson

Présentation de l’éditeur :

À Siglufjördur, « Sigló » pour les plus connaisseurs, petit port de pêche au nord de l’Islande, les ténèbres hivernales se sont dissipées. La vie y est paisible. Mais quelques jours avant Pâques, Ari Thór, l’inspecteur de la police locale, est appelé au beau milieu de la nuit : le corps d’une adolescente a été retrouvé gisant dans la rue principale. Un meurtre paraît peu plausible dans une bourgade aussi calme. Pourtant, non loin de là, dans une maison de retraite, un vieil homme sénile a écrit sur les murs de sa chambre : Elle a été tuée. Et s’il disait la vérité ? Après plusieurs années passées à Sigló, l’inspecteur Ari Thór s’y sent toujours comme un étranger. Jongler avec son travail et sa vie de famille est un casse-tête. Mais l’enquête se complique, et le temps presse : une nouvelle tempête de neige pourrait bien paralyser toute la ville.

Avis :

Depuis longtemps, j’entends parler de cet auteur qui semble rencontrer un grand succès en France. Mais étant un peu réfractaire au polar nordique, je ne m’y suis jamais intéressé jusqu’à maintenant.

La particularité de celui-ci est que c’est une avant première mondiale pour la France.

Ce qui m’a marqué dès le début de la lecture c’est l’ambiance. Je savais que les polars nordiques étaient très particuliers à ce niveau mais là j’avoue que c’était plus déstabilisant. Le décor de ce polar est un simple village de montagne où tout le monde se connaît et s’appelle par son prénom (c’est un détail qui surprend au début). Le rythme est aussi plus lent. On sent vraiment le temps qui s’écoule dans ce polar.

Le personnage principal jongle entre son travail et sa vie personnelle un peu chaotique ce qui fait que l’enquête avance aussi lentement. Il est assez attachant et intéressant. On ressent bien son dilemme entre l’envie de suivre son ex compagne pour être avec son fils et son envie de rester dans ce village. Mais ce qui marque c’est sa perspicacité et sa douceur (parfois maladroite) avec les autres.

Le début de cette histoire est très curieux. Tout commence avec un suicide mais pour le personnage principal il y a quelque chose de pas net. Son instinct lui dit de chercher alors que les autres veulent classer l’affaire. Il suit des pistes très curieuses qui m’ont laissé assez perplexe. On ne comprend pas trop ce qu’il cherche et donc l’intérêt de cette histoire. Mais étrangement le style nous donne envie de continuer car l’auteur pique notre curiosité. Au bout d’un moment, on comprend qu’il y a bien quelque chose derrière ce suicide mais impossible de le découvrir avant la fin qui nous offre des rebondissements inattendus !

Cette lecture est une belle découverte et un pas de plus dans ma réconciliation avec les polars nordiques. Ce presque huis clos est captivant alors qu’au départ rien n’était gagné. L’auteur semble avoir un style bien à lui qui nous envoûte sans que le lecteur en ai conscience.

Ceux qui n’auraient pas suivi les aventures précédentes de cet inspecteur peuvent aller lire celui-ci sans aucun problème de compréhension.

Editions : La Martinière – Date de parution : 3 Septembre 2020 – 272 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.