Les monstres de Maud Mayeras

Présentation de l’éditeur :

Ils vivent dans un « terrier ». Les enfants, la mère. Protégés de la lumière du jour qu’ils redoutent. Sales et affamés, ils survivent grâce à l’amour qui les réchauffe et surtout grâce à Aleph, l’immense, le père, qui les ravitaille, les éduquent et les préparent patiemment au jour où ils pourront sortir. Parce que dehors, il y a des humains. Parce qu‘eux sont des monstres, et que tant qu’ils ne seront pas assez forts pour les affronter, ils n’ont aucune chance.
Mais un jour Aleph ne revient pas, un jour les humais prédateurs viennent cogner à leur porte. Alors, prêts ou pas, il va falloir faire front, sortir, survivre.
Pendant ce temps, dans une chambre d’hôpital, un homme reprend conscience. Une catastrophe naturelle sème la panique dans la région. La police, tous les secours sont sur les dents. Dans ce chaos, l’homme ne connait qu’une urgence : regagner au plus vite la maison où on l’attend.

Avis :

Voilà le genre de livre que l’on attend avec impatience et que l’on espère qu’il nous plaira. Les livres de Maud Mayeras nous entraînent généralement dans des ambiances sombres qui perturbe le lecteur car elle explore la noirceur humaine comme personne.

Les premières pages sont envoûtantes et étranges. Il faut un peu de temps au lecteur pour comprendre ce qu’il se passe et il ne sera pas au bout de ses surprises. Maud Mayeras a l’art de distiller les révélations aux comptes gouttes. On pense être déjà au bout de l’horreur alors qu’il y a encore pire à venir.

« Les monstres » sont deux personnages que l’on découvre au fil des pages. Je ne dirais pas qu’ils sont attachants mais on a presque pitié d’eux car ils ont une vision du monde complètement déformé. Ce qui leur arrive est presque inévitable car ils ont été façonnés d’une certaine manière par Aleph.

La mère est le personnage le plus fascinant plus on apprend à la connaître. Elle se dédie entièrement à ses « monstres ». Son instinct maternel transpire à chaque phrase et nous touche même si l’on n’est pas une mère. Cet instinct de protection est très fort et pousse à l’admiration quand on sait ce qu’il y a derrière.

Mais « les monstres » se sont aussi d’une certaine manière les humains hors de la tanière. Le discours tenu par Aleph est certes celui d’une personne pas saine d’esprit mais par moment il faut avouer qu’il n’a pas tout à fait tort. Les humains sont doués pour détruire la nature et leurs semblables. L’auteure sème le trouble dans notre esprit avec ce personnage d’Aleph qui est à la fois un monstre mais aussi quelqu’un qui vise juste.

C’est une lecture difficile car comme je l’ai dis plus haut, on s’enfonce de plus en plus dans l’horreur sans savoir où l’on va. Rien ne se passe comme on pourrait le penser. L’auteure nous balade un peu mais elle le fait avec style, son style. Je pense tout était calculé depuis le début et que tout ne pouvais se passer qu’ainsi. Elle bouscule le lecteur avec intelligence et elle le dérange avec ses personnages qui installent un certain malaise.

C’est un livre qui va hanter le lecteur longtemps après de part son histoire et ses personnages. Mais aussi à cause des messages de Maud Mayeras dans cette histoire sur l’humanité et son comportement. En plus le lecteur est le seul témoin de tout ce qui se passe. Il est le seul à avoir la réponse à toutes les questions.

J’ai mis du temps avant d’arriver au bout de ce livre pourtant très courte mais je ne regrette pas. Il faut prendre son temps pour encaisser la violence et les révélations. Il faut aussi prendre son temps pour savourer le style de Maud Mayeras qui est très étudié et sophistiqué. Mais au final je suis bluffée et je n’en suis pas ressortie indemne.

Editions : Editions Anne Carrière – Date de parution : 2 Octobre 2020 – 299 pages

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.