Chambre 413 de Joseph Knox

Présentation de l’éditeur :

Le jeune inspecteur Aidan Waits s’est résigné à intégrer la patrouille de nuit à Manchester, cycle sans fin d’appels insignifiants et de solitudes insolubles. Jusqu’à ce que son coéquipier et lui soient dépêchés au Palace, un immense hôtel désaffecté au cœur d’une ville en ébullition. Sur les lieux, dans la chambre 413, ils découvrent un homme. Il est mort. Et il sourit. On a retiré toutes les étiquettes de ses vêtements, limé et remplacé ses dents. Même ses empreintes digitales ne sont pas identifiables. Seul un message cousu à l’intérieur de son pantalon donne un indice sur son ultime acte désespéré. Mais tandis qu’Aidan s’immerge dans le passé de l’inconnu, il se rend compte qu’un fantôme surgi du sien hante le moindre de ses faits et gestes.

Avis :

 Nouvelle lecture dans le cadre du Prix des lecteurs du Livre de Poche 2021 !

Voilà un polar à l’ancienne qui se passe à Londres avec deux inspecteurs très borderline. En parallèle il y a une autre histoire très curieuse. Elle se passe dans le passé mais on ne comprend rien au début. J’avoue avoir eu du mal à suivre ce qu’il se passait exactement dans cette histoire avant de comprendre de qui il est question.

Pour en revenir à ce qu’il se passe dans le présent, on a une histoire plutôt classique mais étrange. Elle sera menée par des inspecteurs à la limite de la caricature à mon sens. L’un est un ancien toxico et flic pourri. L’autre est un homme vulgaire et maniaque, il passe son temps à tout désinfecter.

Autant dire qu’aucun des deux n’est attachant, c’est tout le contraire. Ils sont même très vite agaçant. Cela pèse sur la lecture. Ils sont trop caricaturaux à mon goût.

Côté enquête, il y en a plusieurs. La principale est celle de l’hôtel. Elle est très curieuse dès le départ et on comprend que la résolution ne sera pas simple. Cette enquête attise notre curiosité et nous donne envie de continuer la lecture.

Cependant quand on arrive à la moitié du livre, on voit que l’on n’avance pas beaucoup. Le rythme du livre est très lent. Il y a trop de choses qui se passent. De plus les deux policiers deviennent de plus en plus désagréables. On ne fait fait aussi aucune avancé en ce qui concerne les scènes du passé. La résolution n’arrive qu’à la toute fin du livre.

J’ai donc fini par abrégé ma lecture.

Cela ne m’arrive pas souvent mais je sentais que j’allais arriver à saturation. Les 50 dernières pages ont apporté les réponses aux questions que l’on se pose. La résolution de l’enquête principale est intéressante car on comprend les connexions avec différents éléments. Les réponses aux questions sont de manières générales satisfaisantes. Mais on se rend compte qu’il faut beaucoup de temps pour en arriver là.

C’est une lecture qui fût poussive mais dont la fin fût plutôt correcte. Ce polar anglais plaira à celles et ceux qui aiment les enquêtes très classiques.

Editions : Le Livre de Poche – Date de parution : 21 Octobre 2020 – 552 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.