Cahiers Baudelaire 3 par Yslaire

Présentation de l’éditeur :

Avant de découvrir l’album fini, ce troisième cahier propose un voyage émotionnel, sensuel et onirique, dans les coulisses de ce récit historique qui revisite le mythe de l’artiste maudit à partir d’une perspective féministe inédite. Jeanne Duval devient le fil conducteur de cette enquête. Elle qui fut la principale muse du poète, liée à lui, malgré les ruptures, durant toute sa vie. Un cahier collector au tirage limité et numéroté à 2500 exemplaires.

Avis :

Il y a quelque temps, je vous avais parlé du premier cahier/sketchbook de cette BD qui va bientôt arriver. C’est donc avec une certaine impatience et un certain plaisir que je me suis plongé dans cet ultime cahier.

Nous avons ici la fin de la BD et de l’histoire de Baudelaire. Sa muse, Jeanne Lemer, La Vénus Noire, est toujours au centre de cette histoire et c’est même elle qui va devenir la narratrice de la fin de vie de Baudelaire.

En préambule de ce cahier nous avons un texte de Baudelaire intitulé « Le dandy ». On dirait que c’est une sorte d’autoportrait de l’auteur. C’est bien sûr un texte de qualité et qui nous aide à nous mettre dans le contexte de l’époque de l’auteur.

Mais ce qui nous intéresse le plus ce sont bien sûr les dessins. Ils sont absolument saisissants. Même si ce sont seulement des crayonnées pour certains, on ressent bien leur force. L’auteur n’a même pas besoin de mettre du texte tellement ils parlent tous seuls. Il a vraiment un don pour nous captiver et nous donner envie de passer du temps sur chaque dessin.

L’histoire est sombre et le devient de plus en plus. On voit la chute de cet homme. On voit ces dilemmes avec Jeanne avec qui la relation est assez houleuse. Les dessins aident à nous mettre dans la tête de l’auteur pour voir ses tourments.

Cette bande dessinée est aussi l’occasion de découvrir l’époque et ses personnages. On fait la connaissance de Courbet qui va rencontrer aussi bien Baudelaire que Jeanne. On découvre un Paris révolutionnaire et en pleine crise. On découvre aussi des lieux qui pour beaucoup n’existe plus.

C’est passionnant de voir le travail qui mène à la création d’une BD. Ce cahier donne vraiment envie de lire la BD finale. Je n’ai pas pu lire le second cahier mais j’imagine qu’il est aussi intéressant. Cette façon de découvrir le travail préparatoire est fantastique. Les fans d’Yslaire doivent ou se sont déjà jeter sur ces cahiers.

Editions : Dupuis / Aire Libre – Date de parution : 29 Janvier 2021 – 80 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.