Skeleton Coast de Laurent Whale

Présentation de l’éditeur :

Sur la face atlantique Namibienne, Skeleton Coast, champ de récifs noyé de brouillard et d’ossements de cétacés, est le cimetière de milliers de navires.
Mais pas seulement.
Richard Grangier y a élu refuge. Il recherche sa fille, médecin humanitaire, disparue en Afrique.
Morte, prisonnière ou pire ? Dans la touffeur équatoriale, il s’embarque de savanes en forêts vierges, au cœur d’un trafic mortel sous contrôle de soldats de fortune et de politiciens corrompus.

Avis :

Ce n’est pas la première fois que je lis un roman de Laurent Whale. Quand Babelio m’a proposé son dernier livre, je n’ai pas hésité longtemps. J’avais beaucoup aimé sa série avec la bande des « Rats de poussières ».

Ici cela n’a rien à avoir. On fait une plongée dans le continent africain. L’histoire est double : d’un côté un père qui essaye de retrouver sa fille et de l’autre un scandale écologique de grande ampleur.

On s’intéresse d’abord à l’histoire de la quête du père. Le début du livre est très long. On avance à son rythme et du coup ce n’est pas très passionnant. J’ai trouvé que ça tirait un peu en longueur. Mais quand les deux histoires vont enfin se rejoindre, ça devient enfin intéressant.

Ce que l’on va découvrir n’a rien d’exceptionnel car on sait déjà à quel point ce continent est détruit par la corruption et la pollution. On connait aussi bien l’ingérence et l’impact des pays étrangers à travers par exemple les colonies. Mais l’auteur nous montre bien toute la complexité et les liens (ou pas) entre ces pays. Il y a là une forme de message de la part de l’auteur car on reste en lien avec le gouvernement français. Les noms de certains responsables ressemblent un peu à des gens déjà en place.

Le rythme s’accélère de plus en plus jusqu’aux dernières pages. Ces dernières pages sont ce qu’il y a de plus réussies dans ce livre. Elles sont parfaites. Elles nous gardent en haleine comme jamais. On se croirait dans un film à suspense. Les alternances entre les deux groupes de personnes sont un exemple idée. La résolution est plutôt bien trouvée et surtout assez logique.

Malgré un début un peu long, ce thriller est assez prenant grâce à des chapitres courts qui donnent du rythme. L’accélération du rythme jusqu’à cette fin explosive fait que c’est une bonne lecture. Le message de l’auteur passe plutôt bien même s’il n’a rien de surprenant. L’écologie est un thème à la mode mais l’auteur arrive malgré tout à en faire quelque chose d’intéressant en montrant toutes les complexités du sujet.

Ce thriller est plutôt réussi avec un thème très porteur.

Editions : Au Diable Vauvert – Date de parution : 18 Mars 2021 – 480 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.