Un invincible été de Catherine Bardon

Présentation de l’éditeur :

Depuis son retour à Sosúa, en République dominicaine, Ruth se bat aux côtés d’Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à déferler sur l’île.
Gaya, sa fille, affirme son indépendance et part aux États-Unis, où Arturo et Nathan mènent leurs vies d’artistes. Comme sa mère, elle mène son propre combat à l’aune de ses passions.
La tribu Rosenheck-Soteras a fait sienne la maxime de la poétesse Salomé Ureña :  » C’est en continuant à nous battre pour créer le pays dont nous rêvons que nous ferons une patrie de la terre qui est sous nos pieds. « 
Mais l’histoire, comme toujours, les rattrapera. De l’attentat du World Trade Center au terrible séisme de 2010 en Haïti, en passant par les émeutes en République dominicaine, chacun tracera son chemin, malgré les obstacles et la folie du monde.

Avis :

Et voilà le dernier tome d’une saga inédite et incroyable…

Un dernier tome pour se dire au revoir et tourner une dernière fois la page…

On retrouve Ruth comme narratrice principale aux débuts des années 80. Elle est sur le point d’accoucher une dernière fois d’un garçon. Bientôt Gaya, son ainée, qui découvre sa sexualité, va prendre son envol pour ses études.

La continue sur cette île et dans cette famille. Il y a beaucoup de hauts mais aussi des bas. Nathan va voir sa vie prendre un virage à 180 degrés. Chacun va devoir faire des choix et Ruth est celle qui va en faire surement le plus.

La vie de nos personnages s’écoule en parallèle de la grande Histoire qui est évoqué au fur et à mesure du livre. L’auteure s’accorde parfois quelques petits ajustements pour mieux coller à son récit mais c’est négligeable. On a ainsi une vision différente des événements comme quand le tsunami qui a frappé Haïti est évoqué. Mais il y a surtout la question du poids du passé qui va rattraper Ruth et sa fille Gaya.

C’est un plaisir de se plonger dans ce livre mais c’est aussi un moment difficile quand on s’est attaché à autant de personnages. On les quitte un par un avec plus ou moins de facilité. Mais c’est la vie qui passe et cela est inévitable. Plus on approche de la fin et plus on sait qu’un au revoir va nous déchirer le cœur même si au final on sait qu’il est inévitable.

C’est à ce moment que l’on sait que l’on ne vient pas de lire seulement une histoire, ni l’histoire d’une famille mais que l’on vient de vivre une histoire avec une famille que l’on va quitter. On a fait partie de cette famille et on a vécu ces moments avec eux. On a ressenti les mêmes émotions qu’eux.

Son écriture nous immerge dans ce quotidien et va nous marquer pendant longtemps. Catherine Bardon nous a offert de rentrer dans cette famille et de les aimer comme si nous en faisions partie.

J’ai terminé ce livre avec des larmes aux yeux mais avec aussi un sentiment de les laisser prendre le bon chemin. Les dernières pages nous laissent une impression de paix pour chacun.

Merci à Catherine pour cette merveilleuse saga et ce morceau d’histoire très peu connu mis en lumière et qui leur rend un magnifique hommage.

Editions : Les Escales – Date de parution : 8 Avril 2021 – 432 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.