Oyana de Éric Plamondon

Présentation de l’éditeur :

Elle a fait de son existence une digue pour retenir le passé. Jusqu’à la rupture. Elle est née au pays Basque et a vieilli à Montréal. Un soir de mai 2018, le hasard la ramène brutalement en arrière. Sans savoir encore jusqu’où les mots la mèneront, elle écrit à l’homme de sa vie pour tenter de s’expliquer et qu’il puisse comprendre. Il y a des choix qui changent des vies. Certains, plus définitivement que d’autres. Elle n’a que deux certitudes : elle s’appelle Oyana et l’ETA n’existe plus.

Avis :

Nouvelle lecture pour le prix des lecteurs du Livre de Poche !

Et ce livre a tout pour me plaire sur le papier ! L’auteur est québécois et j’ai une passion pour les auteurs québécois. Le style de ces auteurs est en général assez unique et sans filtre. Il y a un rythme qui fait que le lecteur ne s’ennuie pas. Mais c’est aussi un style qui peut dérouter le lecteur comme la construction de l’histoire.

Ici l’histoire est construite de manière un peu étrange au départ. On alterne avec le passé, le présent et des lettres. J’ai mis un peu de temps pour tout comprendre mais rien qui n’a gêné ma lecture.

La construction semble confuse mais elle est tout à fait logique par rapport à l’histoire. La narratrice plonge dans ces souvenirs sans suite chronologique car elle est sur le point de se confronter à ce qui a changé sa vie et à l’avouer à son compagnon.

Je ne connaissais pas l’histoire de l’ETA en détail. Ce livre est l’occasion de comprendre ce qui était en jeu à travers la narratrice. L’auteur a inséré des extraits de documents historiques pour aider le lecteur et c’est un bon point pour la compréhension de ce qui est en jeu.

L’histoire est intéressante car on s’attache à cette narratrice qui a eu un passé très difficile. On se demande si elle va aller jusqu’au bout de sa quête qui subit de gros rebondissements vers la fin du livre. Les question du poids du passé et des conséquences sont bien posées mais grâce à l’auteur on se mets à la place de cette femme.

C’est une lecture qui fut rapide mais efficace et c’est tout ce que j’aime. Le livre a sûrement été adapté aux lectorats français comme c’est souvent le cas mais les changements ont dû être minimes et n’ont pas dénaturé l’histoire.

J’avais déjà lu un autre livre de cet auteur et je pense bien me plonger dans les autres livres que je possède. L’auteur semble très intéressé par le rapport à l’enfance dans ces histoires.

Ce livre est classé comme un thriller mais je ne vois pas ce qui en fait un thriller. Ce n’est pas le premier de la sélection qui, je trouve, ne correspond au style du thriller ou du polar.

Éditions : Le Livre de Poche – Date de parution : 7 Mars 2019 – 150 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.