Belle-amie de Harold Cobert

71VqIVXsqlL

Présentation de l’éditeur :

Après son fastueux mariage en l’église de la Madeleine à Paris, Georges Du Roy, le  » Bel-Ami  » de Maupassant, se met à rêver d’une carrière politique. Et si ce monde devenait son nouveau terrain de jeu, l’arène de son ambition dévorante ?
Louvoyant entre le milieu journalistique et celui des affaires, Du Roy intrigue comme jamais pour accéder aux plus hautes sphères du pouvoir. Alors qu’elle milite pour les droits des femmes, Suzanne, son épouse, se révèle une alliée précieuse dans cette lutte féroce.
En glissant ses pas dans ceux du maître et en nous entraînant dans le Paris de la fin du XIXe siècle, Harold Cobert propose une suite haletante au chef-d’œuvre de Maupassant. À lire aussi comme un saisissant miroir de notre époque.

Avis :

Je ne me rappelle pas avoir lu le livre de Maupassant « Bel Ami » dont celui-ci c’est inspiré pour ce livre. Mais je me souviens encore d’une des adaptations qui en a été faite. Je partais donc avec cette base pour me rappeler qui est Georges Duroy.

Ce personnage parti de rien qui a réussi à gravir les marches de la noblesse pour prétendre accéder au pouvoir. Mais aussi c’est le personnage qui gravit les marches grâce à ses conquêtes féminines !

On retrouve un Georges Duroy De Cantel bien installé avec femme et enfants et qui dirigent le journal de son beau-père, La Vie Française. Mais il a envie de plus ! Il veut accéder au pouvoir politique en se faisant d’abord élire député.

Mais pour accéder à ce pouvoir, il va comprendre que seul il ne va y arriver ni seulement avec les moyens dont il dispose.

C’est là que commence les choses intéressantes et qui à moi m’ont beaucoup parlé ayant fait de la politique et ayant vu ou entendu les combines que certains sont prêts à faire pour réussir.

L’auteur nous montre à merveille les rouages de la politique et du pouvoir à plusieurs niveaux. Certains sont prêts à tout pour y arriver (donc passer par des combines plus ou moins légales) quand d’autres se révèlent être de fin stratège pour y arriver et s’en sortir la tête haute et sans reproche.

C’est là qu’intervient un personnage qui m’a fasciné Léon Clément, député de Vendée mais aussi connu sous le nom du tombeur des gouvernements. Ce personnage a une aisance orale fascinante avec un sens de la répartie incroyable. Il a des convictions profondes et il est l’un des seuls à garder des valeurs morales malgré tout ce qui se passe. Bon il a quelques défauts, je vous rassure. Mais on sait que c’est inhérent aux hommes de son époque.

Mais ce livre fait aussi la part belle aux femmes comme le laisse présager le titre.

Il y a tout d’abord la femme de Georges, Suzanne. C’est un personnage qui évolue énormément pendant le livre. Elle gagne en assurance au fur et à mesure du livre. Même si elle ne soupçonne pas ce que son mari fait sans son dos, l’auteur en fait une femme forte qui assume son rôle et qui en veut plus comme le témoigne son engagement pour le droit des femmes.

Ensuite il y a le personnage de Salomé. Elle est très mystérieuse et on ne sait quoi penser d’elle au début. Mais assez vite on se doute qu’elle joue un rôle bien plus grand qu’on ne peut l’imaginer. Cette femme fait beaucoup d’effet à Georges qui en est littéralement obsédé. Cette femme aussi nous montre que les femmes de cette époque ne sont pas que des femmes soumises. Elles aspirent à plus de droit et plus de liberté. On voit ainsi les tous débuts de la lutte pour les droits des femmes.

Dans l’ensemble, c’est un livre qui m’a plu. Je m’attendais à plus de rebondissements dans ce livre ce qui fait que par moment je me suis un peu ennuyé. Mais quand arrive la fin, on a le droit à une très grosse surprise que l’on n’avait pas vu venir même s’il y avait quelques petits indices et aussi quelques petits ressentis qui auraient pu nous dire qu’il y avait quelque chose qui clochait.

L’auteur a su écrire une suite très convaincante et très crédible. Il a su garder l’esprit des personnages de Maupassant mais aussi nous retranscrire l’époque qui fait comme un écho à la nôtre. C’est ce que je vais retenir de ce livre. Les pratiques d’hier ne sont pas différentes de celles d’aujourd’hui. Les hommes aspirent tous à la même chose et se transforme de la même manière lorsqu’il touche au pouvoir.

éditions : Les Escales – Date de parution : 7 février 2019 – 416 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.